Les fêtes religieuses et lieux saints de l’islam

Les fêtes religieuses et les traditions qui s’y rattachent jouent un rôle majeur dans la vie des croyants quelque soit la religion qu’ils pratiquent.

Il existe donc des fêtes, qui peuvent avoir des origines différentes et qui rythment depuis des siècles la vie quotidienne des musulmans. Certaines sont restées telles qu’elles depuis les débuts de l’islam, d’autres ont évolué et se sont adaptées selon les époques et enfin certaines sont apparues au fur et à mesure que l’islam est entré en contact avec d’autres cultures et populations.

Les fêtes religieuses

Les chiites et les sunnites semblent avoir en commun les 2 principales fêtes religieuses:

    • La fête de la rupture du jeûne qui vient clore le mois du Ramadan
    • La Grande Fête (Aid El Kebir ou Aid El Adha) ou la fête du sacrifice

Ainsi, tout musulman se doit de célébrer ces 2 fêtes et, en général elles représentent LES temps forts de l’année de toute la communauté musulmane dans le monde.

Chez les sunnites, il existe bien sur plusieurs autres fêtes dont celle qui célèbre la naissance du prophète (Mawlid Annabawi), mais il reste que les plus rigoristes (salafistes, wahhabites…) s’interdisent de fêter autre que ces deux fêtes (anniversaires en tout genre y compris).

Le Mawlid annabawi

La fête du Mawlid ou Mouloud (du prophète) célèbre généralement la naissance du prophète Mohamed. Il s’agit d’une commémoration qui n’est apparue que 4 ou 5 siècles après le début de l’islam, qui reste très célébrée par les chiites autant que les sunnites mais, qui est très souvent pointée du doigt par les musulmans salutistes désireux d’un retour à l’islam des origines. Pour ces derniers, le mawlid n’est qu’une invention (Bidaa) totalement étrangère à l’islam tel qu’il a été à ses début.

Aujourd’hui et dans la majorité des pays musulmans, le mawlid est un jour férié. Il n’est cependant pas considéré comme une fête religieuse à proprement parler mais plutôt comme une tradition populaire. Il s’agit aussi d’une des plus importantes célébrations des mystiques musulmans ou soufis qui se rassemblent pour lire le coran, chanter les louanges de Dieu et les qualités de son prophète (Dikr en arabe ou Qawwali en Inde et au Pakistan).

cierges-mawlid-sale
La Procession des Cierges de Salé (Maroc), s’inspirant de la tradition ottomane, existe depuis 1582

Il peut aussi exister des mawlid qui fêtent la naissance de plusieurs saints dont les membres de la famille du prophète et leurs descendants (Ali, Hussein, Fatima-Zahra, Zeineb…)

Achoura

Pour les chiites, la fête de Achoura (qui signifie 10ème… jour du mois de Moharram) revêt également une grande importance. Elle est le premier et le plus important événement de la martyrologie chiite.

Mais cette fête qui commémore l’assassinat du martyre Hussein à Kerbala en 680 chez les chiites a une toute autre signification chez les sunnites (lorsqu’elle est fêtée bien sur).

Selon la majorité des sunnites, le jour de Achoura correspond au jour du Yom Kippour (jour de l’Expiation ou du Grand Pardon chez les juifs) durant lequel, ces derniers jeunent et arrêtent de travailler pour se consacrer exclusivement à Dieu qui, le même jour sauva Moise des griffes de Pharaon.

Ainsi, en découvrant cette tradition judaïque, le prophète Mohamed se considérant plus proche de Moise que les juifs et donc en droit d’honorer tout autant sa mémoire, observa, avec ses compagnons le même jeûne. Mais le plus souvent, Achoura ne reste qu’une fête où les enfants reçoivent de nouveaux vêtements et des jouets et où les jeunes jouent dans les rues, dansent autour de feux de camp et s’aspergent d’eau (surtout au Maghreb).

Pour les chiites (au Liban, en Irak, en Iran, au Pakistan ou encore en Inde), Achoura symbolise en général le jour où l’on rend hommage aux morts: ils se rendent donc dans les cimetières et y allument des cierges autour de la tombe du « grand saint » qu’ils considèrent être le patron du cimetière.

L’un des principaux et les plus impressionnants cimetières chiites reste celui de Wadi Es-Salam à Najaf (Irak), il entoure le tombeau de l’imam Ali (4ème calife et 1er imam) et compte pas moins de 5 millions de personnes qui y reposent. Il faut dire que tout chiite rêve, à sa mort, d’y être enterré quelque soit sa nationalité. Enfin, il semblerait que le cimetière s’est agrandi de 40% depuis l’intervention américaine en Irak en 2003…

wadi2
Le cimetière de Wadi Es-Salam (La vallée de la Paix) à Najaf en Irak (source)

wadi3 wadi4

D’autres groupes de chiites considèrent Achoura plus comme un jour de deuil marqué par une représentation assez sanglante de la « Passion de Hussein ». Ainsi, dans les rues, les hommes se flagellent en groupes et peuvent s’infligent des coups jusqu’au sang.

453152-jpg_305621
Achoura à Mumbai (Bombay- Inde) – Source
453134-jpg_305622
Représentation de la bataille de Kerbala avec l’imam Hussein (Sadr City, un quartier de Bagdad) – Source
453170-jpg_305629
Des lamentations à New Delhi (Inde)

Enfin, le calendrier chiite peut aussi commémorer la naissance et la mort de tous les autres imams.

Les lieux saints

Entre les sunnites et les chiites, il existe un seul lieu saint en commun qui est La Mecque.

Ville qui a vu naitre le prophète, elle est d’ailleurs une étape primordiale dans le pèlerinage. S’y trouvent la Kaaba, située en plein milieu de la Mosquée Al-Haram et contenant la Pierre Noire, le puit de Zamzam, le Safa et le Marwa et Mina (pour la lapidation du diable qui se trouve à 5 Km de la ville).

Après La Mecque, se trouve Médine, LA VILLE du prophète où se trouve également son tombeau. Elle est considérée comme une ville sainte par tous les musulmans, mais il reste que les sunnites lui accordent beaucoup plus d’importance que les chiites.

Mecca-14-e1330515582312
Le Masjid Al-Harram et la Kaaba au centre
masjid-nabawi
L’impressionnante mosquée du prophète à Médine (Al Masjid al-Nabawi)

Les sunnites

Pour les sunnites, Jérusalem arrive en 3ème position des lieux saints, elle a été le lieu d’où le prophète Mohamed aurait effectué son voyage nocturne sur le « bouraq » (Israa) et monté au ciel (ascension ou miaraj) pour rencontrer Dieu (épisode qui a notamment fait passer les prières quotidiennes de 50 à 5). Jérusalem porte le nom de  al-Quds (le sanctuaire) ou encore Bayt al-Maqdis (le Temple du sanctuaire) ou al-Bayt al-muqaddas (le Temple sanctifié) en arabe et elle représente encore aujourd’hui une étape non obligatoire du pèlerinage.

jerusalem2
Le Dôme du Rocher, troisième lieu saint après La Mecque et Médine, où s’élève la mosquée al-Aqsa

Enfin, Kairaouan (en Tunisie), fondée par le conquérant Uqba Ibn Nafi a été pendant longtemps et ce jusqu’au 11ème siècle, une des villes musulmanes les plus importantes. Elle a d’ailleurs été proclamée capitale de la culture islamique en 2009 par l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (organisme de l’OCI, Organisation de la coopération islamique basée à Rabat au Maroc)

tunisie-kairouan-1280x960
La Mosquée de Kairaouan

Les chiites

Les 3 lieux saints chiites qui viennent après La Mecque et Médine (à moindre mesure) sont:

      • Le mausolée et mosquée d’or de Ali – 1er imam à Najaf (Irak) qui accueille plus de 8 millions de personnes par an
      • Le mausolée de Hussein – 3ème imam à Kerbala (Irak) (même si sa tête, qui fait l’objet de plusieurs mythes, repose dans un autre mausolée dans la Mosquée des Omeyyades à Damas- Syrie)
      • Le mausolée de Ali el Rida – 8ème imam à Meched (Iran) qui selon la légende aurait été empoisonné par le calife abbasside Al-Maamoun (comme d’ailleurs tous les autres imams…)

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est bien l’Irak le berceau et centre historique du chiisme et non l’Iran. On y retrouve les tombeaux de la majorité des imams, les deux villes les plus sacrées et les écoles théologiques les plus réputées (Najaf et Karbala). L’Iran reste quand même un acteur chiite majeur dans la région du Moyen-Orient et les villes de Qom et Meched attirent autant de pèlerins et d’étudiants en théologie.

MosqueMOS1503_468x632
Mosquée d’or de l’imam Ali (Najaf- Irak)
Imam-Hussein-Mosque-Karbala1
Mosquée de l’imam Hussein (Karbala- Irak)
535px-Imam_reza1_1_1_1
Le tombeau de l’imam Ali al-Rida (Meched- Nord-Est Iran)

Pour aller plus loin:

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *